Urbanet.ch  
 
Glossaire
Tout sur les termes parfois obscures que vous rencontrerez sur Internet.
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

AAC

‹Advanced Audio Coding›; compression de données audio; une extension de la norme MP3, qui permet de comprimer les données musicales avec un gain de 30 pour cent.

((Internet:))
www.mpeg.org/MPEG/aac.html (English)

((Voir:))
MP3

Accès conditionnel / Conditional access (CA)

Accès à des programmes et à des services de communication subordonné à certaines conditions: affiliation, abonnement ou autres.

Dans le cadre du projet DVB, il manque actuellement une norme unifiée pour les systèmes d'accès conditionnel. Jusqu'ici deux méthodes différentes de cryptage de programmes ont été définies: «Simulcrypt» et «Multicrypt».
Grâce à une interface spéciale, les boîtiers (Set Top Box) «Multicrypt» permettent de recevoir divers programmes cryptés selon différents systèmes CA, alors qu'un décodeur «Simulcrypt» permet de recevoir seulement les programmes cryptés selon la même méthode.
La commission CE exige que seuls les décodeurs «Multicrypt», dits systèmes CA ouverts, soient désormais utilisés sur les réseaux de diffusion de programmes TV.

((Voir:))
Set Top Box (STB) · Cryptage · DVB · Interface · TV libre

Accès distant / Remote access

Accès par réseau câblé ou par ligne téléphonique aux fonctions de contrôle et aux programmes, ou aux données, d'un serveur distant.

((Voir:))
Serveur

Adresse IP

L'acheminement de paquets de données et la recherche par navigateur sur Internet requièrent un système d'adressage unifié, l'adresse IP (numérique).

Vu cependant que le nom de domaine ou l'adresse e-mail donnés par l'utilisateur sont formulés en lettres, des serveurs spéciaux convertissent automatiquement le nom de domaine littéral en adresse IP numérique.
Par exemple, les adresses IP se situant entre les nombres 193.5.216.0 et 193.5.223.255 sont celles du domaine «www.admin.ch» (domaine de l'administration fédérale suisse).

((Voir:))
Domaine · E-mail · IP · Serveur

Algorithme

Mot greco-arabe contenant le mot grec ‹árithmos›, «nombre» en français; méthode de transformation systématique de séquences de signes et de processus mathématiques qui se succèdent selon un schéma défini.

Un algorithme doit être défini (programmé) pas à pas avec assez d'exactitude pour que les machines (ordinateurs) puissent effectuer les opérations automatiques nécessaires à l'élaboration des données.
Les algorithmes sont utilisés dans les programmes informatiques ainsi que dans les techniques de compression et de cryptage des données.

((Voir:))
Cryptage · MPEG · Sécurité sur Internet

ASCII

‹American Standard Code of Information Interchange› (Code américain normalisé pour les échanges d'informations); norme qui assigne à chaque signe devant être repésenté sur l'écran (lettre, chiffre, symbole spécial) un code numérique univoque.

Les signes codés ASCII peuvent être utilisés sur pratiquement toutes les plates-formes numériques et permettent l'échange de messages entre des systèmes informatiques différents. Les fichiers codés en ASCII contiennent exclusivement des signes figurant dans le jeu de caractères ASCII.
A l'origine, ASCII utilise un code à 7 bits, c'est-à-dire que 7 bits sont à disposition pour le codage de chaque signe.
Avec le code ASCII, un total de 128 signes (2 puissance 7) peuvent être codés. Plus tard, un bit supplémentaire a été ajouté, servant d'abord au contrôle du code lors de sa transmission, mais permettant par la suite le codage des lettres accentuées et des signes spéciaux. De ce fait, le jeu de caractères ASCII étendu permet actuellement de représenter un total de 256 signes (2 puissance 8).
Par exemple, la lettre «N» est codée avec la chaîne binaire «01001110», le chiffre «9» avec la chaîne «00111001». Un seul signe ASCII requiert donc 8 bits (1 octet).

((Internet:))
www.richterdd.de/ascii.htm (Deutsch)

((Voir:))
Bit · Numérique · Octet · Unicode

ATM

‹Asynchronous Transfer Mode›; norme de facto pour la transmission rapide de paquets/cellules de données audio et vidéo ou de fichiers dans des réseaux à commutation par paquets.

Les cellules/paquets ATM ont une taille fixe de 53 octets, ce qui permet un transport rapide des données avec une bande passante de 1,5 à 622 Mbps.
Actuellement, l'ATM et encore principalement utilisé dans les LAN, mais il convient parfaitement aux WAN.
Vu sa capacité de gérer n'importe quel type de signaux, l'ATM est considéré comme la norme de transmission du 21e siècle.
La dorsale de Cablecom transmet selon la norme ATM.

((Internet:))
www.atmforum.com (English)

((Voir:))
Commutation par paquets · Dorsale · Multiplexage · Octet · Réseau

Backbone

((Voir:))
Dorsale

Bande passante

1. Capacité de transmission, «vitesse» d'un réseau, qu'on appelle aussi débit de transfert ou débit binaire, qui se mesure en ‹bits par secondes› (bps).
2. Espace disponible entre la plus haute et la plus basse fréquence d'un signal sur un réseau, fréquemment appelé bande de fréquence.

La transmission non différée (en temps réel) d'images animées (télévision, vidéo) requiert une bande passante de très haut débit: jusqu'à 900 Mbps pour des images télévisées à haute résolution. Mais grâce à la compression des images et des sons, la transmission est également possible avec une bande passante de moins haut débit.

((Voir:))
bps · Fréquence · MPEG

Bit

‹Binary Digit›, en français: «chiffre binaire» , ou, plus couramment: "signe binaire", abbréviation: b; la plus petite unité numérique valant soit 1 soit 0 (zéro).

Le contenu d'un signal ou d'un message d'une longueur de 1 bit ne peut être que «1» ou «0», ce qui équivaut à «marche» ou «arrêt» (par exemple pour des commandes électroniques) ou à «oui» ou «non» (par exemple lors du déroulement de programmes informatiques).
1 kilobit (Kbit) = 1000 bits; 1 mégabit (Mbit) = 1 000 000 bits = 1000 Kbit.

((Voir:))
Numérique · Octet

Bluetooth

Selon le nom du héros viking Harald Bluetooth, célèbre entre autres pour ses constructions de ponts; norme de télédiffusion (ouverte) permettant de mettre en relation les périphériques et les composants les plus divers (ordinateur, téléphones, commandes d'appareils, etc.) dans des réseaux locaux configurés pour de courtes distances.

((Internet:))
http://bluetooth.weblogs.com (English)
www.bluetooth.com (English)
www.bluetooth.net (English)

Boîte aux lettres / Mailbox

Dans le domaine de l'information et de la communication: espace aménagé par un ‹provider› pour stocker les messages écrits (e-mails) ou acoustiques (téléphonie; répondeur virtuel) reçus à l'adresse de leur destinataire.

((Voir:))
Provider

Boucle locale (LL)

Portion de ligne entre la centrale téléphonique ou celle du réseau câblé et la prise du client.

La boucle locale dans le réseau téléphonique ou câblé est identique au ‹last mile›.

((Voir:))
Interconnexion · Last mile · Ventilation

bps

Abréviation de ‹bits per second› (bits par seconde), aussi abrégé «bit/sec» ou «bit/s»; mesure de la vitesse de transmission (bande passante): 1000 bps = 1 Kbps (Kbit/s; kilobit par seconde), 1 000 000 bps = 1 Mbps (Mbit/s; mégabit par seconde).

((Voir:))
Bit

Câble coaxial

Les câbles coaxiaux (abrégé ‹coax› en anglais) sont constitués de deux conducteurs cylindriques de révolution autour du même axe et séparés l'un de l'autre par une couche isolante. L'un des conducteurs est le conducteur central autour duquel l'autre est enroulé.

Les câbles coaxiaux fournissent une bande passante de haut débit et sont de ce fait utilisés comme câbles d'antenne, dans les réseaux câblés et pour le câblage de réseaux informatiques locaux.

((Voir:))
Large bande

Canular / Hoax

Fausse alerte concernant un virus informatique ou chaîne par e-mail propageant de fausses rumeurs.

((Internet:))
www.tu-berlin.de/www/software/hoax.shtml (Deutsch)
http://vil.nai.com (English)
www.urbanlegends.com/ulz (English)

((Voir:))
Virus

Carrier

En français:
1. (Réseau de communication:) «transporteur» en français; exploitant de réseaux (société de téléphone, fournisseur d'accès Internet), opérateur de lignes.
2. (Transmission de données:) «porteuse» en français; canal physique ou logique d'un moyen de transmission (câble, voie de communication mobile, etc.).

((Voir:))
Provider

CATV

Abréviation de ‹Community Antenna TV› et de l'expression du même sens ‹Community Area Television› (antenne TV collective) ou de ‹Cable Television› (TV par câble).

((Internet:))
www.catv.org (English)

((Voir:))
Réseau câblé

Chat

Français: «causerie». Lors d'un ‹chat›, plusieurs ordinateurs sont reliés ensemble via un réseau. Les utilisateurs peuvent communiquer directement entre eux par l'intermédiaire d'un programme spécial (ou via un navigateur Internet) en tapant sur le clavier un message qui va s'afficher sur l'écran de tous les participants.

Sur le ‹World Wide Web›, les ‹chats› sont la plupart du temps basés sur le langage Java et un navigateur web permet d'y participer. Certaines de ces chaînes de ‹chats› sont aussi accessibles via IRC (Internet Relay Chat).
IRC est un grand réseau de ‹chat› international et multilingue réunissant des centaines de chaînes et des milliers de participants de tous les continents. Une petite partie des chaînes IRC sont accessibles via le ‹World Wide Web›.
Sur beaucoup de chaînes de ‹chat›, les utilisateurs se présentent sous un «pseudo» (pseudonyme), un «alias» ou un «avatar» (personnage virtuel). Les pseudonymes et les alias servent principalement à protéger la personnalité et l'identité, tandis qu'un «avatar» permet de jouer un rôle.

Client

1. (Equipement:) dispositif électronique relié à un serveur hôte permettant l'échange réciproque de signaux.
2. (Logiciel:) logiciel ou composant installé sur un ordinateur pour communiquer avec le programme d'un serveur.
3. (Internet:) navigateur, programme FTP ou e-mail permettant d'accéder aux informations des serveurs hôtes d'Internet.

S'agissant de l'équipement, on parle d'architecture client serveur. S'agissant du logiciel, on parle de systèmes ou de programmes client serveur.

((Voir:))
E-mail · FTP · LAN · Navigateur · Serveur

ComCom

Commission fédérale de la Communication. La ComCom est une commission élue par le Conseil fédéral suisse et chargée, entre autres, de l'attribution des concessions de télécommunication et de l'approbation des plans nationaux de fréquences et de numérotation. Son champ d'activité est décrit dans la Loi sur les télécommunications.

((Internet:))
www.fedcomcom.ch (English/Deutsch/Français/Italiano)

((Voir:))
LTC / Loi sur les télécommunications

Commutateur / Switch

Elément du réseau établissant des communications entre deux composants du réseau.
La liaison n'est établie que pendant le temps nécessaire à la communication et, pour chaque liaison, la capacité entière du réseau est à disposition. Contrairement au ‹hub›, le commutateur ou ‹switch› joue un rôle actif dans la communication.

((Voir:))
Hub

Commutation par paquets

Technique de transfert de données sur réseaux: les données à transmettre sont réparties en paquets de grandeur égale ou différente (selon le processus), qui sont envoyés séparément.

Chaque paquet de données est pourvu d'un en-tête qui est lu par le routeur.
Lors d'un transfert en mode paquet, on ne sait pas d'avance quel chemin chaque paquet de données va suivre. C'est le routeur qui décide de cas en cas, en fonction de l'information contenue dans l'en-tête.
La commutation par paquets est une technique efficace de transfert de données sur réseaux (de grande taille et hétérogènes), sur lesquels les serveurs ne sont pas toujours interconnectés de manière continue, comme par exemple en cas de circuit loué. Internet fonctionne en mode paquet.
Le contraire de la commutation par paquets est la commutation de circuits (‹circuit switching›) pour laquelle il est nécessaire d'établir une liaison point à point avant chaque connexion.

((Voir:))
ATM · En-tête · Internet · Routeur · TCP/IP

Compatible

Informatique: on dit que les composants d'un logiciel ou d'un équipement sont compatibles lorsqu'ils ne génèrent aucune erreur de fonctionnement.

Convertisseur D/A

Dispositif électronique convertissant les données numériques en signaux analogiques.

Couche

Niveau de données dans le modèle de référence OSI pour les réseaux de communication.

((Voir:))
OSI

Cryptage

Synonyme: chiffrement. Technique algorithmique transformant, au moyen de logiciels d'encodage, les textes lisibles en signes totalement indéchiffrables pour toute personne ne disposant pas du code.

La sécurité du cryptage dépend de l'efficacité de l'algorithme de cryptage utilisé, de la longueur du code et de sa confidentialité.
La longueur du code est indiquée en bits. Aujourd'hui, les codes à 128 bits sont les plus courants. Des codes à 512 bits se développent de plus en plus et il y aura bientôt des codes à 1024 bits.
Plus le code est long, plus il faut de temps pour le contourner. Les ordinateurs devenant de plus en plus performants, le temps nécessaire pour découvrir un code diminue beaucoup. C'est pourquoi les spécialistes du cryptage et les pirates, ou ‹hackers› (personnes contournant ou détruisant les systèmes de cryptage ou de sécurité), rivalisent de vitesse.
Les méthodes de cryptage à 128 bits les plus connues sont les suivantes:
SSL (Secure Socket Layer) de Netscape Communications.
PGP (Pritty Good Privacy): programme gratuit pour le cryptage des données, et particulièrement des e-mails.
SET (Secure Electronic Transactions): norme développée en collaboration par les sociétés de cartes de crédit et les producteurs d'ordinateurs.
Les services secrets et les autorités de sécurité militaire de certains pays critiquents ou même réfutent l'exigence qu'ont certains groupements d'accorder la possibilité à tous les utilisateurs d'Internet de crypter leurs communications sans restriction. Parmi eux, «Global Internet Liberty Campaign» (GILC), qui milite en faveur de la sécurité sur l'internet mondial.

((Internet:))
www.pgpi.org (English)
www.setco.org (English)
www.gilc.org (English)

((Voir:))
Algorithme · Internet · Navigateur · Pare-feu · Sécurité sur Internet

DAB

‹Digital Audio Broadcast›; radiodiffusion audionumérique par l'intermédiaire d'antennes.

((Internet:))
www.worlddab.org (English)
www.irt.de/IRT/FuE/id/dab/irtdss.htm (Deutsch)
www.eurekadab.org (English)

((Voir:))
Numérique

DECT

‹Digital European Cordless Telecommunications›; système européen de téléphonie sans fil (résidentielle) basé sur la technologie numérique et sur la norme définie par l'ETSI («European Telecommunications Standards Institute»).

((Internet:))
www.etsi.org (English)

Descendant / Ascendant

Un transfert de données est descendant lorsqu'il s'effectue du serveur (hôte) à l'utilisateur local (importation) et ascendant en direction contraire (exportation).

Il n'est utile de différencier le transport descendant du transport ascendant que si la bande passante à disposition est de grandeur différente dans les deux directions.

((Voir:))
Importation/Exportation

DNS

Abréviation des expressions de même sens ‹Domain Naming System›, ‹Domain Name Server›, ‹Domain Name Service›; sur Internet, système d'annuaire utilisé pour les adresses des serveurs Internet.

((Voir:))
Serveur

DOCSIS

‹Data-Over-Cable Service Interface Specifications›; norme de facto qui définit la configuration technique des deux extrémités d'une liaison (destinataire et expéditeur) sur les réseaux câblés. Les spécifications en découlant décrivent les modalités du déroulement du trafic des données et d'autres services.

La norme DOCSIS prend en charge les connexions à l'utilisateur avec une vitesse de transfert pouvant atteindre 27 Mbps.
Les premières spécifications de cette norme ont été élaborées en 1997 par quelques fabricants de modems câble associés en consortium. Dix des principaux fabricants de modems s'y sont joints et ont contribué à la définition de la norme.
En mars 1999, les premiers produits certifiés selon la norme DOCSIS Version 1.0 ont été lancés sur le marché. Le développement d'une version 1.2 de DOCSIS a été abandonné car il aurait peut-être fallu introduire de nouveaux processus de modulation.
D'autres spécifications ont été définies sur la même base sous le nom de «packet cable» pour les services téléphoniques.

((Internet:))
www.itu.int (English/Français)
www.opencable.com (English)
www.packetcable.com (English)

((Voir:))
bps · DVB · Modem câble · Réseau câblé

Domaine

On appelle domaine les régions de l'internet regroupées sous une dénomination commune. L'«Internet Corporation for Assigned Names and Numbers» (ICANN) est habilitée à définir les règles de dénomination de domaines valables sur Internet dans le monde entier.

Les noms de domaines sur Internet sont organisés hiérarchiquement; par exemple, dans l'adresse URL «http://www.europa.admin.ch» (site de l'administration fédérale sur le thème de l'Europe):
«.ch» est le ‹Top-Level Domain› (TLD), dans ce cas, celui de la Suisse. Il existe actuellement plus de 250 TLD (Country Code TLD) spécifiques pour désigner les pays. Il y a d'autres dénominations générales (Generic TLD) telles que «.com» (commercial) pour des entreprises d'importance internationale, «.net» (network) et «.org» (organization) pour les réseaux et les organisations, ainsi que «.edu» (education), une dénomination exclusivement réservée aux écoles et aux universités ou encore «.gov» (government) et «.mil» (military) pour le gouvernement et le département militaire des USA et «.int» pour les organisations internationales.
Comme il n'est quasiment plus possible d'enregistrer un nom de domaine sous les TLD internationaux existants, sept nouveaux TLD généraux ont été créés: «.aero» (transport aérien), «.biz» (entreprises), «.coop» (associations), «.info» (services d'information), «.name» (personnes privées), «.museum» (musées) et «.pro» (professionnels).
«admin» est le ‹Second Level Domain› (SLD) et appartient exclusivement à l'administration fédérale suisse. Communément, un SLD est aussi appelé domaine. Avec le TLD dont il dépend, le SLD constitue la partie principale de l'adresse e-mail, à droite du signe @.
«europa» est un ‹Third Level Domain›, ou sous-domaine, et conduit dans une région annexe (thématiquement) ou sous-région spéciale du site.

((Internet:))
www.icann.org (English)

((Voir:))
Adresse IP · E-mail · Internet · URL

Dorsale / Backbone

Ligne principale à bande passante élevée à laquelle de plus petits réseaux sont raccordés.

Le transfert transnational et transcontinental de données (entre autres, pour Internet) est effectué via des dorsales à haut débit, aujourd'hui principalement constituées de fibres optiques.
Cablecom exploite un réseau grande vitesse à fibres optiques qui traverse toute la Suisse. Cette dorsale ATM transporte des programmes radio et TV analogiques et numériques, des images vidéo, des données Internet et autres types d'informations.
Des réseaux câblés et des réseaux de données locaux sont raccordés à la dorsale de Cablecom par des circuits secondaires.

((Voir:))
ATM · Bande passante · bps · Fibre optique · Multiplexage

Dotcom

Approximativement: «point-entreprise» (s'écrit aussi: «Dot-com» und «Dot.com»). En référence au ‹Top-Level Domain› désigné par «.com» sur Internet, les entreprises qui se servent principalement de l'internet pour leurs affaires sont appelées des entreprises Dotcom.

((Voir:))
Domaine

DVB

‹Digital Video Broadcasting›: norme européenne de transmission de signaux numériques par satellites, émetteurs terrestres ou réseaux câblés à large bande: les processus de compression, de correction des erreurs et de modulation permettent d'offrir un grand nombre de programmes.

Le passage de la technique analogique à la technique numérique pour le transfert des données permet une utilisation beaucoup plus efficace de la bande de fréquence disponible et une répartition plus souple de la bande passante: ainsi, dans le cas de la télévision, un canal qui, sous forme analogique, ne transporte qu'un seul programme, peut transmettre 8 à 12 programmes/chaînes en même temps avec la norme DVB.
La norme DVB, en constant développement depuis 1993, est en vigueur dans près de 100 pays pour la TV numérique. Elle ne définit pas seulement un transfert de données vidéo - comme le nom pourrait le laisser supposer -, mais est considérée comme une technique de transfert universelle et pleine d'avenir. La norme DVB permet par exemple de définir les paramètres de base nécessaires aux moyens de transmission les plus divers (tels que satellite, câble, réception terrestre, xDSL) et les interfaces les plus différentes (par exemple RNIS, ATM) pour les appareils interconnectés pouvant recevoir et élaborer des signaux numériques.
Les données numériques issues de sources diverses sont acheminées au sein de courants de transport (transportstreams). Toutes les données sont munies d'un code spécial afin de pouvoir être triées à destination et remises dans le bon ordre. Cette opération est effectuée par le dispositif de décodage (Set Top Box) du destinataire.

((Internet:))
www.dvb.org (English)

((Voir:))
Bande passante · Set Top Box (STB) · Interface · Numérique · Réseau câblé

DVD

‹Digital Versatile Disk›; norme optoélectronique pour la description/l'enregistrement de données numériques. Un DVD a la même forme et la même taille qu'un CD (Compact Disc).

Le DVD diffère du ‹Compact Disc› (CD) par le fait que les données y sont écrites de manière plus compacte sur deux niveaux et des deux côtés. La capacité d'enregistrement peut atteindre 17 giga-octets, ce qui correspond environ au contenu de 25 CD.
Un DVD-ROM (Digital Versatile Disk Read Only Memory) est un DVD qui peut seulement être lu.
Un DVD-R (Digital Versatile Disk Recordable) est un DVD qui peut être gravé avec les appareils appropriés.
Un DVD-RW (Digital Versatile Disk Rewritable) est un disque que l'on peut graver soi-même et dont les données peuvent être effacées plusieurs fois et remplacées par d'autres.

((Internet:))
www.dvdforum.org (English)
www.dvd-forum.ch (Deutsch)

E-mail / Courrier électronique

De l'anglais ‹electronic mail›, pouvant aussi s'écrire «eMail» et «Email». Ce terme désigne les messages envoyés électroniquement via Internet ou d'autres réseaux informatiques.
Pour pouvoir envoyer et recevoir des e-mails, il faut un accès à Internet et un logiciel client de traitement du courrier.

((Voir:))
Internet

EDGE

‹Enhanced Data Rate for GSM Evolution›; extension de la norme GSM permettant à tout utilisateur de bénéficier d'une vitesse de transmission pouvant aller jusqu'à 384 Kbps (en utilisant conjointement les huit canaux de liaison GSM).

((Voir:))
GSM

En-tête

1. (Commutation par paquets:) information figurant en tête de chaque paquet de données et indiquant au routeur l'adresse du destinataire, le protocole, etc.
2. (E-mail:) information figurant en tête de tous les e-mails et indiquant l'adresse de l'expéditeur, celle du destinataire, le sujet du courrier, etc.

Lors d'une commutation par paquets, chaque paquet de données est pourvu d'un en-tête lors de son acheminement par le routeur à travers les réseaux. A mesure que le paquet s'approche du destinataire, de grandes parties de l'en-tête sont progressivement supprimées.

((Voir:))
Commutation par paquets · E-mail · OSI · Routeur · TCP/IP

Ethernet

Ethernet est la technique de liaison la plus répandue pour les LAN. La bande passante standard est d'un débit de 10 Mbps. Pour les systèmes dorsaux, ‹Fast Ethernet› offre des bandes passantes allant jusqu'à 100 Mbps.

((Voir:))
LAN

Extranet

Intranet développé vers l'extérieur, auquel seuls les utilisateurs externes autorisés ont accès.

((Voir:))
Intranet

Fibre optique

Guide d'ondes optique (optical waveguide) qui transmet les données sous forme d'ondes électromagnétiques dans la plage de fréquences de la lumière visible.

Une fibre optique est composée de quartz (SiO2) de forme cylindrique et d'un diamètre ne dépassant pas 3 millièmes de millimètres, donc plus mince qu'un cheveu. Ce coeur, comme on l'appelle, est placé au centre d'une gaine optique appelée manteau. Le rayon laser portant les informations contenues dans les données se propage à la vitesse de la lumière dans le coeur de la fibre en étant presque totalement réfléchi par le manteau. De ce fait, les pertes de lumière sont minimales, même en cas de coudes ou de courbes.
Un câble à fibres optiques de quelques centimètres de diamètre peut contenir plus de 100 fibres optiques.
Vu qu'ils sont insensibles aux influences électromagnétiques et que leur bande passante est très élevée, les câbles à fibres optiques sont des lignes de transport idéales pour les liaisons longue distance, les réseaux de télécommunication et les dorsales.

((Voir:))
Bande passante · Dorsale · Réseau câblé

Firewall

((Voir:))
Pare-feu

Flux

Transfert d'une séquence de données continue, avec la garantie que les données arrivent dans le même ordre chez le destinataire. Indispensable pour le transfert de données multimédia (son et vidéo).

Free TV

((Voir:))
TV libre

Fréquence

Anglais: ‹frequency›; nombre d'oscillations (électromagnétiques) d'une onde par unité de temps définie: 1 hertz (Hz) équivant à 1 oscillation par seconde.

1 000 Hz = 1 kilohertz (kHz), 1 000 000 Hz = 1 mégahertz (MHz), 1 000 000 000 Hz = 1 gigahertz (GHz).
En télécommunication, le spectre de fréquences d'ondes électromagnétiques est divisé en différentes plages de fréquences. Parmi les pincipales, on distingue:
Les ondes longues (abréviation technique en anglais: LF) de 30 à 300 kHz
Les ondes moyennes (VF) de 300 à 3000 kHz
Les ondes courtes (HF) de 3 à 30 MHz
Les ondes ultra-courtes (VHF) de 30 à 300 MHz
Les ondes décimétriques (UHF) de 300 à 3000 MHz
Les ondes millimétriques (EHF) de 30 à 300 GHz

FTP

‹File Transfer Protocol›; protocole permettant le transfert de données selon le protocle Internet TCP/IP.
Par FTP, on peut importer ou exporter de ou vers un serveur n'importe quels fichiers, la plupart du temps au moyen d'un navigateur web, sinon avec un programme spécial FTP.

Outre leurs sites sur le ‹World Wide Web›, quelques entreprises, organisations et instituts de formation ont des serveurs totalement ou partiellement accessibles au public, sur lesquels des fichiers de divers types (documents texte, images, programmes gratuits ou autres) sont à disposition.
La banque de données «Archie» sur Internet donne un aperçu de ces serveurs FTP disponibles dans le monde entier.

((Internet:))
www.w3.org (English)
http://archie.belwue.de/cgi/archiedb (English)
www.cru.fr/serveurs/archie.html (Français)

((Voir:))
Internet · IP · Navigateur · Protocole · TCP/IP

GPRS

‹General Packet Radio Service/System›; extension de la norme GSM pour la transmission des données en mode paquet. Pour l'utilisateur, la bande passante de transfert peut s'élever à 115 Kbps. En combinaison avec une dorsale ATM, des vitesses encore plus élevées devraient être possibles.

((Voir:))
Commutation par paquets

GPS

‹Global Positioning System›; système de positionnement qui fonctionne partout dans le monde grâce à 24 satellites (dont 21 actifs et 3 de réserve). Depuis 1994, ils décrivent six orbites autour de la terre à une altitude de 20 000 km.

Le récepteur GPS qui reçoit en même temps les signaux d'au moins trois satellites GPS peut calculer sa position géographique actuelle à 20 mètres près (trigonométrie).

((Internet:))
http://leonardo.jpl.nasa.gov/msl/Programs/gps.html (English)

GSM

‹Global System for Mobile Communications›, soit en français ‹Groupe Système Mobile› ou ‹Groupe Spécial Mobile›; depuis 1991, norme de communication radio - surtout sur les fréquences 900 MHz (réseau D) et 1800 MHz (réseau E) -, acceptée par plus de 400 exploitants de réseaux mobiles dans le monde. La bande passante atteint au maximum 9,6 Kbps.

Les réseaux GSM comprennent d'une part la portion de réseau située entre les appareils de communication mobile et les stations de base, dont chacune a l'attribution d'une zone géographique définie, et d'autre part, une liaison entre les stations de base et la centrale de commutation (Mobile Switching Center, MSC) d'une zone géographique de réception.
Les MSC s'occupent de toute la logistique de communication de leur zone: transmissions entre les appareils de communication mobile, recensement de tous les utilisateurs du réseau et gestion de leurs données comptables. De plus, les MSC établissent les communications avec d'autres MSC et le réseau fixe, ainsi qu'avec les réseaux GSM d'autres exploitants.
La liaison GSM s'effectue en ayant recours au multiplexage (dans une combinaison de TDMA et FDMA) via trois canaux de communication: un pour l'émission et un autre pour la réception, le troisième étant réservé à la technique de communication, c'est-à-dire à la signalisation et aux messages SMS. Jusqu'à huit communications peuvent avoir lieu en même temps. Tous les services offerts par le RNIS (ISDN) sur le réseau fixe sont en principe de type GSM.

((Internet:))
www.gsmworld.com

((Voir:))
bps · Fréquence · Multiplexage · RNIS / ISDN · SMS

HFC

‹Hybrid Fibre Coax› (Système hybride fibre optique/câble coaxial); système de transmission hybride par réseaux câblés utilisant des artères optiques entre la tête de réseau et les noeuds optiques, d'où la distribution plus précise des signaux s'effectue par câble coaxial jusqu'à l'abonné.

D'un point de vue technique, il serait préférable que les réseaux câblés soient entièrement à fibres optiques, de la tête de réseau jusqu'à la prise de l'abonné; cela ne serait cependant pas particulièrement économique, car chaque nouvelle ramification du câble à fibres optiques entraîne des coûts plus importants.
C'est pourquoi les réseaux câblés modernes recourent aujourd'hui au système hybride.
A chaque noeud de quartier sont raccordés un maximum de 500 abonnés au câble. Le signal leur est livré par câble coaxial et le signal émis de chez eux vers la tête de réseau est transformé pour être acheminé par fibres optiques.

((Voir:))
Câble coaxial · Fibre optique · Réseau câblé · Tête de réseau

Hôte

1. (Equipement A:) serveur ou groupe de serveurs auxquels des ordinateurs (clients) sont connectés.
2. (Equipement B:) ordinateur central auquel sont connectés des terminaux sans capacité d'enregistrement.
3. (Logiciel:) programme traitant l'information en provenance du client.
4. (Internet:) serveur proposant des fichiers et des documents.

((Voir:))
Client

HSCSD

‹High Speed Circuit Switched Data›; norme pour la transmission de données à haute vitesse sur les réseaux GSM. Le débit de la bande passante à disposition d'un utilisateur peut atteindre 57,6 Kbps (par groupage des canaux GSM et compression des données).

((Voir:))
GSM

HTML

‹Hypertext Markup Language›; norme de codification et de définition comprise par tous les navigateurs et permettant de formater et de représenter les pages web.

Grâce à la norme HTML, les lettres accentuées et les signes spéciaux son codés de manière à pouvoir être vus et imprimés correctement sur différentes plate-formes informatiques. Par ailleurs, le langage HTML contient des marqueurs spécifiques donnant aux navigateurs les informations nécessaires pour afficher les textes dans le format voulu, insérer des tableaux ou des images, etc.
XHTML est une extension de HTML et fait partie de la génération ‹Hypertext›.
HTML a été conçu au début des années 90 par le CERN, centre de recherche nucléaire à Genève, dans le but de donner aux documents scientifiques un format unifié, mais surtout pour pouvoir afficher d'un simple clic d'autres parties du texte ou d'autres documents auxquels les textes scientifiques font souvent référence.

((Internet:))
www.w3.org/MarkUp (English)
www.teamone.de/selfhtml (Deutsch)
http://mediatheque.ircam.fr/docs/HTML/ (Français)

((Voir:))
Internet · Lien · Navigateur · World Wide Web (WWW / W3) · XML / XHTML

HTTP

‹Hypertext Transfer Protocol›; protocole de transmission basé sur TCP/IP pour le transfert de documents HTML sur Internet.

((Internet:))
www.w3.org/Protocols (English)

((Voir:))
Protocole

Hub

Français: «moyeu, concentrateur»; élément du réseau qui établit des communications constantes entre les composants connectés en leur permettant de se partager la bande passante à disposition. A la différence du commutateur ou ‹switch›, le hub est essentiellement passif. Les hubs peuvent former de grands réseaux interconnectés.

((Voir:))
Commutateur / Switch

Implémentation

De l'anglais ‹implement› (mettre en oeuvre) et du latin ‹implere› (remplir, compléter): ajout de composants supplémentaires (équipement ou logiciel) à un système informatique ou un réseau existants et leur mise en service.

((Voir:))
Réseau

Importation / Exportation

En anglais: ‹download / upload›. L'importation est le téléchargement de données ou de fichiers depuis un serveur (hôte) vers un système local et l'exportation le téléchargement dans le sens contraire.

((Voir:))
Descendant / Ascendant

Interconnexion

Liaison entre des réseaux de communication électronique publics permettant aux clients d'une plate-forme de communiquer avec les clients d'autres ‹carriers› ou fournissant un accès aux services proposés par d'autres fournisseurs.

En Suisse, sont tenus de garantir l'interconnexion (terme de droit suisse) les fournisseurs des services de communication ayant une position dominante sur le marché (Art. 11, § 1 LTR) de même que les fournisseurs de prestations relevant du service universel (Art. 11, § 2 LTR).
Un terme voisin est l'«interopérabilité» (terme de droit de l'Union européenne), soit l'exigence que tous les réseaux de communication soient compatibles entre eux à l'interface afin de pouvoir être choisis par tous les participants.

((Internet:))
www.bakom.ch (English/Deutsch/Français/Italiano)
http://europa.eu.int/eur-lex

((Voir:))
Carrier · Compatible · LTC / Loi sur les télécommunications · OFCOM

Interface

Dispositif électronique ou logiciel se situant à la frontière entre deux équipements ou deux composants de logiciel et chargé de «traduire» les signaux qu'ils échangent de manière à pouvoir se comprendre.

La définition d'interface sert à fixer les tâches devant être effectuées par l'un ou par l'autre des composants dans l'établissement d'un catalogue de travail commun.

Internet

Abréviation de ‹Interconnected Networks›, en français: «réseaux interconnectés»; infrastructure mondiale de réseaux et de sous-réseaux nationaux, régionaux et locaux, organisés selon des normes unifiées et à laquelle plusieurs millions de serveurs (Internet) communiquant entre eux selon le protocole TCP/IP sont raccordés.

Le ‹World Wide Web› (WWW) n'est qu'un des services disponibles sur l'internet, bien qu'il soit le plus connu et qu'on utilise souvent ce terme pour désigner l'internet.
L'internet n'appartient à personne. Seules les lignes de données qui relient les serveurs entre eux appartiennent aux entreprise de télécommunications.
Les normes utilisées par l'internet sont élaborées par des groupes de discussion et publiées sous forme de documents appelés RFC lorsque le consensus est atteint.
Les principales propriétés communes de l'internet sont la commutation par paquets et le processus d'adressage unifié selon le protocole TCP/IP.
D'un point de vue historique, l'internet doit son existence au ministère de la Défense des Etats-Unis qui cherchait un moyen de maintenir la communication après une attaque nucléaire. Il fallait créer un réseau de communication dont les opérations ne soient pas centralisées et continuant à fonctionner en cas de paralysie de l'une ou de plusieurs stations. L'internet a d'abord été testé dans des universités en 1969, puis utilisé pour favoriser la communication et l'échange d'informations par réseaux d'ordinateurs entre les universités.

((Internet:))
www.w3.org (English)

((Voir:))
Adresse IP · FTP · RFC · TCP/IP · World Wide Web (WWW / W3)

Intranet

Réseau interne fonctionnant selon le protocole Internet (TCP/IP) pour la transmission de données et de fichiers.

On crée souvent les sites internes en langage HTML afin de les rendre accessibles avec un navigateur usuel.
L'intranet peut être isolé ou relié à l'internet par une passerelle. Il devrait alors être protégé par un pare-feu.

((Voir:))
Extranet · Navigateur · Pare-feu · TCP/IP

IP

‹Internet Protocol›; protocole de base valable depuis 1974 pour la transmission de données sur Internet.

Le protocole Internet (couche 3 du modèle OSI) a pour rôle principal de transporter les paquets de données au destinataire. Les paquets de données de 576 octets au minimum et de 65 535 octets au maximum sont transportées indépendamment les uns des autres, le protocole ne garantissant pas le maintien d'un ordre précis ni la livraison complète au destinataire.
Le protocole TCP (‹Transmission Control Protocol›, soit protocole de contrôle de la transmission) est directement lié au mode d'action du protocole IP, si bien qu'on utilise le plus souvent le terme d'architecture TCP/IP pour désigner leur action conjuguée.

((Internet:))
www.w3.org (English)
www.protocols.com (English)

((Voir:))
Commutation par paquets · Octet · OSI · Protocole · TCP/IP

ISO

«International Standardization Organisation» (Organisation internationale de normalisation).

((Internet:))
www.iso.ch (English)

((Voir:))
Norme / Standard

ISP

‹Internet Service Provider›; entreprise ou organisation fournissant des services Internet, en particulier l'accès à Internet.

((Internet:))
www.ispc.org (English)

((Voir:))
Provider

Java

Java est un langage de programmation orienté objet permettant aussi bien de créer des programme d'application complets qu'à programmer de plus petits modules d'application (applets) pouvant être interprétés par un navigateur web capable d'exécuter le programme.

Les programmes et les ‹applets› Java peuvent être transmis sur un réseau car ils sont indépendants de la plate-forme de l'ordinateur. Une machine virtuelle Java (‹Java Virtual Machine›) est cependant requise pour interpréter le code Java et permettre à l'ordinatur d'exécuter le programme.
Les ‹applets› - insérés dans le code HTML - sont souvent utilisés dans les pages web pour produire des effets multimédia ou doter ces pages d'une interactivité spéciale.
Java a été introduit en 1995.

((Internet:))
http://java.sun.com (English)
http://java-tutor.com (Deutsch)
cuiwww.unige.ch/java/ (Français)

((Voir:))
HTML · Navigateur · Virtuel

LAN

‹Local Area Network›, français: «réseau local»; mise en réseau d'ordinateurs et de composants dans un espace géographique relativement restreint.

((Voir:))
Réseau

Large bande

1. (Réseau câblé:) système transportant divers signaux indépendamment les uns des autres sur la même ligne grâce au multiplexage.
2. (Télécommunication:) canal de transmission dont la bande passante/de fréquence est plus grande que celle requise pour une communication vocale (plus de 4 KHz).
3. (Réseau local / LAN:) transmission par câble coaxial.

((Voir:))
Multiplexage

Last mile

Français: «dernier mile»; dans le domaine des télécommunications: portion du réseau comprise entre la station de distribution d'un ‹carrier› (de quartier) et les prises des utilisateurs, en règle générale dans un rayon d'environ 5 kilomètres.

La liaison last mile la plus connue est celle qui est établie via le réseau téléphonique usuel. Ce dernier mile a été construit par les entreprises qui, auparavant, avaient le monopole de la ligne.

((Voir:))
Boucle locale (LL) · Interconnexion · Powerline (DPL / PLC) · Ventilation · WLL

Lien

Anglais: «link»; une forme abrégée pour ‹hyperlink› ou hyperlien à la norme HTML; lien automatisé entre des données.

En cliquant sur le lien qui se trouve sur la page web, on indique au navigateur l'adresse (cachée sous le bouton du lien) d'une autre page web qu'il appelle et qui s'affiche à l'écran. Les liens peuvent aussi conduire à des fichiers pouvant être téléchargés lorsqu'on clique sur le lien.
Afin d'être bien visibles, les liens sont souvent mis en évidence par un texte d'une autre couleur ou par un soulignage. Ils peuvent aussi être intégrés dans les éléments graphiques ou dans une image.

((Voir:))
HTML · Navigateur

LRTV / Loi sur la radio et la télévision

Cette loi fédérale suisse «régit la diffusion, la rediffusion et la réception de programmes de radio et de télévision (…), y compris celles de productions et d'informations présentées de manière similaire.» (Article1, paragraphe 1 RTVG)

Le terme «diffuseur» désigne celui qui élabore et compose des programmes et:
a. les diffuse ou
b. les fait diffuser par un tiers dans leur intégralité et sans aucune modification.
Le terme «diffusion» désigne l'émission, par des techniques de télécommunication, de programmes adressés au public en général. Est assimilée à la diffusion le fait de mettre des programmes à la disposition des abonnés d'un réseau de lignes, qui peuvent les recevoir sur demande; sont exclus les cas où quiconque a la possibilité de mettre ses programmes à la disposition des abonnés d'un réseau de lignes.
Le terme «rediffusion» désigne le fait de capter et de diffuser simultanément, dans leur intégralité et sans aucune modification, des programmes émis par voie hertzienne, par des diffuseurs suisses ou étrangers, et adressés au public en général.
Un réseau câblé est un réseau de lignes destiné à la transmission de programmes radiotélévisés aux abonnés qui y sont raccordés.» (Article 2 LRTV)

((Internet:))
www.admin.ch/ch/f/rs/c784_40.html (Français)
www.admin.ch/ch/d/sr/c784_40.html (Deutsch)
www.admin.ch/ch/i/rs/c784_40.html
(Italiano)

((Voir:))
LTC / Loi sur les télécommunications · Réseau câblé

LTC / Loi sur les télécommunications

Cette loi fédérale suisse «règle la transmission d'informations au moyen de technique de télécommunication, à l'exception de la diffusion et de la rediffusion de programmes au sens de la loi sur la radio et la télévision.» (Article 2 LTC)

((Internet:))
www.admin.ch/ch/f/rs/c784_10.htm (Français)
www.admin.ch/ch/d/sr/c784_10.html (Deutsch)
www.admin.ch/ch/i/rs/c784_10.html (Italiano)

((Voir:))
LRTV / Loi sur la radio et la télévision

MIME

‹Multipurpose Internet Mail Extensions›; extension du protocole SMTP pour l'échange d'e-mails. Pour chaque fichier, MIME mentionne comment il est codé, remplace les signes spéciaux éventuels (n'appartenant pas au jeu de caractères ASCII) et marque ces indications au début du fichier.

MIME est une extension multimédia SMTP, qui permet d'inclure en format standard des graphiques, des données audio et d'autres fichiers n'étant pas en caractères ASCII.
Pour pouvoir recevoir et formater correctement les fichiers MIME, le programme e-mail du destinataire doit être soutenu par la norme MIME.

((Internet:))
wwwchimie.u-strasbg.fr/membres/GB/MIME.html (Français)

((Voir:))
ASCII · E-mail / Courrier électronique · RFC · SMTP · UUEncode

Modem

Abréviation de l'anglais ‹modulator/demodulator›, en français «modulateur/démodulateur» ; appareil électronique permettant de transformer les signaux numériques en signaux analogiques acoustiques et vice-versa.
La technique du modem permet de transférer des données informatiques (numériques) via le réseau téléphonique (analogique).

Les signaux numériques (modulés) transformés par le modem se perçoivent sous forme de sifflements et de chuintements. Le modem téléphonique normal permet d'atteindre une vitesse de transmission allant jusqu'à 56 Kbps.

((Voir:))
bps · Modem câble · Numérique · xDSL

Modem câble

Ressemblant extérieurement seulement aux modems utilisés pour le réseau téléphonique, le modem câble fonctionne différemment: l'appareil ne module et ne démodule pas («mo-dem»), mais adapte la transmission de données au flux de données numériques du réseau câblé.

Chez l'utilisateur, le modem câble usuel en Suisse est équipé d'une prise ‹Ethernet› et peut de ce fait être raccordé directement à un ordinateur ou à un LAN.

((Internet:))
www.cablemodem.com (English)
www.cablelabs.com (English)

((Voir:))
Ethernet · LAN · Réseau câblé

Moteur de recherche

Système d'interrogation permettant de localiser sur Internet une information recherchée sous forme de mot-clés et affichant les liens aux pages web contenant ces termes. Les adresses des liens sont souvent assorties d'un résumé ou d'une description du document.

Il existe des centaines de moteurs de recherche sur Internet, en partie spécialisés sur certains sujets ou pays, et pouvant être choisis à l'aide du navigateur. Actuellement, l'un des meilleurs moteurs de recherche, et l'un des plus rapides, s'appelle «Google».
Il existe en outre quelques moteurs de recherche qui peuvent être installés sur l'ordinateur de l'utilisateur et qui recherchent des banques de données sur Internet, par exemple «Copernic» (pour Win et Mac).

((Internet:))
www.suchfibel.de (Deutsch)
www.google.com
www.copernic.com (English/Deutsch/Français)

((Voir:))
Internet · Navigateur · World Wide Web (WWW / W3)

MP3

Abréviation de ‹MPEG Audio Layer 3›; norme de codification numérique et de compression de musique, développée par le «Fraunhofer-Institut für Integrierte Schaltungen» à Erlangen.

MP3 comprime les données audio 12 fois sans perte de qualité audible pour l'oreille humaine et en gardant la qualité d'un CD. Ce processus est sous-tendu par un modèle psychoacoustique, selon lequel certaines parties d'un signal ne peuvent plus être perçues car elles se situent en dessous du seuil d'audition de l'oreille humaine. Elles peuvent donc être supprimées sans perte de qualité.
‹Advanced Audio Coding› (AAC) est un développement ultérieur qui permet de comprimer 16 fois les données en offrant encore la qualité d'un CD.

((Voir:))
MPEG · Numérique

MPEG

‹Moving Picture Expert Group›; groupe d'experts chargés de mettre au point une norme de codification de données audio et vidéo, et, par extension, la norme elle-même.

Réunissant plus de 300 experts de 200 entreprises en provenance de plus de 20 pays, le MPEG a commencé ses travaux en 1988 et a mis au point MPEG-1, MPEG-2 (pour la TV numérique, les Set Top Box et le DVD), ainsi que MPEG-4 (pour des applications multimédia sur Internet). Il travaille actuellement au développement de MPEG-7 (norme d'interface multimédia) et MPEG-21 (cadre multimédia).
MPEG-1 comprime les images vidéo simples et les CD dans un rapport de 26:1, ce qui requiert une bande passante de quelque 1 Mbps.
MPEG-2 comprime les images vidéo de qualité standard pour la télévision (720 x 576 pixels) pour une bande passante de 4 Mbps.
MPEG-3 comprime les images télévisuelles de haute résolution (avec1000 lignes d'images) pour une bande passante de 20 Mbps.

((Internet:))
www.tnt.uni-hannover.de/js/project/mpeg (English)
www.cselt.it/mpeg (English)

((Voir:))
Bande passante · Interface · MP3

MPLS

‹Multiprotocol Label Switching›; technique de transmission qui utilise mieux les capacités du réseau.

Chaque paquet de données est pourvu d'un étiquetage de même longueur qui contient les indications essentielles concernant surtout la destination, la priorité et la QS (qualité de service). L'étiquette est lue par le routeur qui achemine le paquet à travers le réseau en fonction d'algorithmes donnés.
La normalisation de la longueur de l'étiquetage permet d'accélerer le transport des paquets de données.

((Internet:))
www.ietf.org (English)

((Voir:))
Algorithme · Commutation par paquets · Protocole · QoS

Multiplexage

Mot dérivé du latin où l'on retrouve le mot français «multiple». Le multiplexage consiste à assembler sur une même ligne (canal physique) plusieurs transmissions (canaux logiques) en même temps.

Les opérations de multiplexage sont des techniques décisives pour utiliser au maximum la bande passante des voies de transmission. En particulier dans le cas des guides d'ondes optiques (fibres optiques), cette technique ouvre des perspectives d'avenir encore difficilement prévisibles.
Pour les conducteurs métalliques, on fait la distinction entre le multiplexage fréquentiel AMRF (accès multiple par répartition en fréquence ou Frequency Division Multiple Access, FDMA) utilisé surtout en cas de large bande et le multiplexage temporel AMRT (accès multiple par répartition dans le temps ou Time Division Multiplex Access TDMA). Dans le cas du multiplexage fréquentiel (AMRF), la voie de transmission (canal physique) se divise en plusieurs canaux logiques en fonction de fréquences différentes, alors que dans le cas du multiplexage temporel (AMRT), la voie de transmission (canal physique) est divisée en créneaux temporels (‹time slots›) qui sont alternativement à disposition des canaux logiques.
Lors du multiplexage par répartition en longueur d'onde WDMA (Wavelength Division Multiple Access), pour les guides d'ondes optiques, la lumière est décomposée en couleurs différentes et chacune d'entre elles forme un canal de transmission.
On prévoit également d'appliquer aux guides d'ondes optiques la technique qui a déjà fait ses preuves dans la communication mobile, dite AMRS (accès multiple à répartition spatiale ou Space Division Multiple Access, SDMA), recourant plusieurs fois à la même fréquence optique par répartition spatiale.
Lors de multiplexage par code de répartition AMRC (accès multiple par répartition en code ou Code Division Multiple Access, CDMA), principalement utilisé dans la communication mobile, les différents signaux sont codifiés individuellement, véhiculés ensemble, puis, à la réception, de nouveau sélectionnés par filtrage.

((Voir:))
Fibre optique · Large bande

Navigateur / Browser

de l'anglais ‹to browse›, en français: «brouter, passer en revue»; programme simple utilisé avec une interface graphique permettant de consulter les pages web.

Les navigateurs peuvent interpréter correctement les documents HTML et les formater. Les navigateurs les plus populaires sont «Internet Explorer» (Microsoft) et «Communicator» (Netscape).

((Internet:))
www.microsoft.com/catalog (English)
http://home.netscape.com/menu/intl (English)

((Voir:))
HTML · Site Internet · World Wide Web (WWW / W3)

Noeud

Point sur lequel les voies de transmission des données sont interconnectées.
Les noeuds peuvent être des microprocesseurs, des serveurs, des terminaux, des imprimantes, des dérouleurs, des passerelles ou autres appareils électroniques ou optoélectroniques.

((Voir:))
Réseau

Norme / Standard

Une norme est une règle ou une prescription définie en détail.

Dans la technique de l'information et de la communication, les normes sont les conditions essentielles au fonctionnement des systèmes. Il existe des normes ‹de jure› mises en vigueur par une institution de normalisation nationale ou internationale, et des normes ‹de facto› qui s'imposent d'elles-mêmes.
Le «World Standards Services Network» (WSSN) accessible sur Internet donne un aperçu des normes les plus diverses (également dans d'autres domaines).

((Internet:))
www.wssn.net (English)

((Voir:))
RFC

NTSC

Norme du ‹National Television System Committee›; norme d'origine pour la télévision et la vidéo couleur, s'appliquant surtout aux Etat-Unis et au Japon.

Le système de télévision couleur NTSC est basé sur l'excitation par trois faisceaux électroniques de trois éléments luminophores trichromes (rouge, vert, bleu) dans les tubes-images récepteurs.
Avec ce système, à la différence des systèmes PAL et SECAM, trois types de signaux sont transmis en même temps: le signal de luminance (signal noir-blanc formé du mélange des trois couleurs primaires reçu comme un tout par l'oeil) et deux signaux de différence de couleurs constitués chacun d'une addition du rouge, du vert, et du bleu.
Bien que cette technique NTSC engendre une parfaite compatibilité des signaux chromatiques avec le noir-blanc, ce qui était particulièrement bienvenu au début de la télévision couleur, il présente des faiblesses au niveau de la stabilité des couleurs: la transmission des signaux télévisuels à travers l'air, réfléchis par les immeubles et les chaînes de montagnes, ainsi que des transmissions sur une longue distance peuvent avoir pour conséquence des erreurs de phase engendrant de grandes distorsions des couleurs. C'est pourquoi on disait souvent pour plaisanter que NTSC signifiait ‹never the same colour› (jamais la même couleur).

((Internet:))
www.ntsc-tv.com/ntsc-index-01.htm (English)

((Voir:))
PAL · SECAM

Numérique

L'adjectif «numérique» s'applique à tout ce qui est formulé en chiffres et/ou peut être compté et qui a une grandeur définie avec exactitude.
Les valeurs des données et des signaux numériques sont exprimées sous la forme d'une suite d'éléments binaires, les bits. Elles ne peuvent pas être continues comme les valeurs analogiques.

Octet

En anglais ‹byte›, de ‹binary term› (terme binaire) ou d'un mot fantaisiste formé à partir de l'expression anglaise ‹bits eight› (huit bits), abrégé: B. 1 octet est une séquence de 8 bits.

1 kilo-octet (ko) = 1024 o; 1 méga-octet (mo) = 1024 ko = 1 048 576 o (souvent arrondi à 1 million o).
La capacité d'enregistrement des données et des bandes passantes se développant sans cesse, elle s'exprime en nombre de bytes de plus en plus élevé: 1 giga-octet (go) = 1024 mo = 1 073 741 824 o; 1 tera-octet (to) = 1024 go
Exemple: si une page A4 DIN contient 2000 signes, 1 mo correspond à environ 500 pages et 1 go à quelque 500 000 pages.

((Voir:))
Bit

OFCOM

Office fédéral de la Communication. L'OFCOM s'occupe des questions de communication et de radiodiffusion (radio et télévision). C'est l'autorité qui accorde le droit d'exécution et qui exerce une surveillance sur les diffuseurs et les concessionnaires d'un réseau câblé.

L'OFCOM prépare les décisions du gouvernement suisse (Conseil fédéral), du Département fédéral de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication (DETEC), ainsi que celles de la Commission pour la Communication (ComCom).

((Internet:))
www.ofcom.ch (Français/English)
www.bakom.ch/ger (Deutsch)
www.ufcom.ch (Italiano/Rumantsch)

((Voir:))
ComCom · LRTV / Loi sur la radio et la télévision · LTC / Loi sur les télécommunications

OSI

‹Open Systems Interconnection›; modèle en couches défini par l'ISO fournissant un cadre normatif aux échanges entre des systèmes hétérogènes.

L'ISO (International Standardization Organisation/Organisation internationale de normalisation) a déjà établi le modèle OSI en 1977. Bien qu'il n'ait jusqu'ici jamais été utilisé intégralement, il sert de référence pour la configuration d'architectures de réseaux et de systèmes.
Ce modèle subdivise les fonctions nécessaires au transfert de données en 7 couches (layers), superposées hiérarchiquement; du plus petit degré d'abstraction au plus grand.
Les couches inférieures (layer 1 à 4) sont destinées aux fonctions de transport (protocoles), les couches supérieures (layer 5 bis 7) aux échanges (applications):
Layer 7: couche d'application qui définit le mode d'interaction des programmes avec le réseau.
Layer 6: couche de présentation qui contient les protocoles faisant partie du système d'exploitation et définit la manière dont les signes sont formatés, représentés, imprimés, transformés ou cryptés.
Layer 5: couche de session; coordonne la communication entre les systèmes, maintient la liaison tant que cela est nécessaire et assure la sécurité, l'exactitude de la sélection d'accès et d'autres fonctions administratives.
Layer 4: couche de transport; contrôle le flux des données entre les systèmes, définit les protocoles structurant les informations et permet de repérer et de corriger d'éventuelles erreurs de transmission.
Layer 3: couche de réseau; définit les informations de routage en ouvrant une voie de transmission entre les systèmes et en faisant en sorte que les données parviennent aux noeuds appropriés.
Layer 2: couche de liaison; définit les règles d'émission et de réception d'un noeud situé entre les systèmes au noeud suivant.
Layer 1: couche physique; destinée à la liaison interéquipement entre les serveurs des deux systèmes et au flux physique réciproque des données.

((Voir:))
En-tête · ISO · Norme / Standard · Protocole · Réseau

Page d'accueil / Homepage

La première page d'un site Internet, donnant un aperçu du contenu du site; c'est la page qui s'affiche lorsque le navigateur donne l'adresse IP d'un domaine.

Lorsque l'on dit: «XY a une page d'accueil sur Internet», le terme «page d'accueil» est souvent utilisé à tort pour désigner le site lui-même.
Le nom de fichier d'une page d'accueil est souvent «index» ou «welcome».

((Voir:))
Domaine · Navigateur / Browser · Site Internet

PAL

‹Phase Alternation Line›; extension de la norme TV couleur/vidéo NTSC; en vigueur en Suisse depuis1967 et adoptée par toute l'Europe, à l'exception de la France et des pays d'Europe de l'Est.

Avec le système PAL, on est parvenu à corriger automatiquement les éventuelles erreurs de modulation de la phase de la porteuse de chrominance avec les signaux de différence de couleurs, qui faisaient la faiblesse du système NTSC. La porteuse modulée en phase est transmise conjointement à sa version réfléchie qui est elle-même réfléchie à nouveau sur le poste de télévision. Les distorsions de phase pendant la transmission se répercutent sur l'image et les reflets de telle manière qu'à la réception, la valeur moyenne de l'angle de déphasage corresponde de nouveau à l'angle de sortie, ce qui permet de corriger les distorsions de couleurs pouvant survenir pendant la transmission.
Cette méthode de réflexion exige que le signal de luminance de la fonction de correction automatique des erreurs s'accompagne de trois signaux chromatiques par ligne de balayage, ce qui n'est pas simple à réaliser au vu de la largeur réduite de la bande. C'est pourquoi du côté émetteur, ces réflexions ne sont pas activées simultanément, mais alternativement de ligne en ligne; il en va de même du côté du récepteur, où l'image et l'image réfléchie, enregistrée avec une ligne à retard ultrasonique, sont analysées de ligne en ligne.

((Voir:))
Norme / Standard · NTSC · SECAM

Pare-feu / Firewall

Système logiciel ou matériel utilisé pour empêcher l'accès non autorisé à des données et des registres.

L'installation de pare-feu est surtout conseillée sur les intranets possédant une passerelle, les extranets et les réseaux privés virtuels (RPV).
Les ‹Managed Firewalls› sont en outre surveillés par un personnel de contrôle afin que des contre-mesures puissent être prises immédiatement en cas de circonstances exceptionnelles (attaques de virus ou de pirates).

((Voir:))
Cryptage · Passerelle · Réseau privé virtuel (RPV) · Sécurité sur Internet

Passerelle

Serveur ou composant électronique assurant la transmission et la conversion des informations entre deux réseaux ou sources de données utilisant des normes de communication différentes.

Pay TV

((Voir:))
TV à péage

PDF

‹Portable Document Format›; format de document «portable», c'est-à-dire universel, permettant d'afficher sur l'écran des textes et des images.
Le logiciel nécessaire, «Acrobat Reader», s'obtient gratuitement sur Internet (de même que le ‹plug-in› pour le navigateur web).

Plug in

Aussi ‹plugin›, de l'anglais ‹to plug in›, soit en français: «enficher, connecter»; supplément à un programme d'ordinateur étendant les fonctions standard de ce programme.

Ce sont les navigateurs Internet qui ont le plus besoin de plug ins pour reproduire les données visuelles ou acoustiques qui ne sont pas codées en langage HTML.
Parmi les plug ins de navigateurs, on peut citer «QuickTime» et «Flash» pour la vidéo, «Acrobat Reader» pour les fichiers PDF, «Shockwave» pour le multimédia, «RealAudio» pour la musique.

((Internet:))
http://home.netscape.com/plugins (English)

((Voir:))
HTML · Navigateur / Browser · PDF

POP

1. (Internet:) ‹point of presence› (aussi abrégé «PoP»), soit en français «point de présence»; accès physique à Internet, fourni par le fournisseur d'accès à Internet (‹Internet Service Provider›, ISP).
2. (E-mail:) ‹Post Office Protocol›; protocole d'accès au serveur sur lequel les e-mails sont stockés avant d'être récupérés par le destinataire.

Le ‹Post Office Protocol› existe en trois versions: POP, POP2 et POP3, non compatibles entre elles. La version la plus usuelle aujourd'hui est POP3.
POP régit la procédure de récupération du courrier électronique (l'envoi est géré par le protocole SMTP): vérification du nom de l'utilisateur autorisé et du mot de passe, recherche, téléchargement et suppression du courier, dépôt des messages sur le serveur.

((Internet:))
www.ispc.org (English)

((Voir:))
Boîte aux lettres / Mailbox · E-mail / Courrier électronique · Importation / Exportation · Provider · SMTP

POTS

‹Plain Old Telephone Service›; téléphonie analogique habituelle pour les communications orales, nécessitant une bande passante de moins de 4 Kilohertz.

Au milieu du 19e siècle, Alexander Graham Bell s'est intéressé au transport de la voix humaine sur de longues distances au moyen d'oscillations électriques. Le problème consistait à transformer les ondes sonores en oscillations électriques et vice-versa. Pour ce faire, Bell a inventé le microphone et le pavillon acoustique, les deux composants essentiels du téléphone.
Le microphone est pourvu d'une membrane transformant les ondes sonores en vibrations. En modifiant l'état d'une résistance en contact avec elle, cette membrane entraîne également la modification du flux d'ondes la traversant. Le pavillon acoustique récepteur est pourvu d'une membrane semblable et d'une bobine qui développe un champ magnétique généré par les sons entrants. Le champ magnétique fait osciller la membrane, ce qui engendre des sons articulés.

((Voir:))
Fréquence

Powerline (DPL / PLC)

‹Digital Powerline› (DPL) et ‹Powerline Communication› (PLC); transfert de données et accès à Internet via l réseau électrique de 230 volts. A l'aide d'un appareil spécial d'accès (comparable à un modem câble) connecté à la prise de courant et à l'ordinateur, des vitesses d'acheminement pouvant aller jusqu'à 3Mbps peuvent être atteintes.

((Internet:))
www.ipcf.org (English)

Protocole

Norme servant à contrôler le transfert des données dans les réseaux. Les protocoles définissent les modalités générales de communication entre deux serveurs, par ex. en fixant qui peut établir la connexion et quand. Ils régissent aussi la codification des données transmises, le type de transmission (en mode paquet) et la correction des erreurs.

((Voir:))
Norme / Standard

Provider

En français: «fournisseur»; dans les télécommunications, cela signifie communément: «exploitant».

Il y a différentes sortes de providers:
Le provider de réseau, qu'on appelle aussi souvent ‹carrier›: ce sont des entreprises qui, par exemple, mettent à disposition des ISP (Internet service provider) ou de gros clients la capacité de transmission nécessaire pour les réseaux Internet, Intranet, Extranet, WAN.
‹Internet service provider› (ISP), appelé aussi ‹Internet access provider› ou simplement provider: entre autres prestations, il fournit l'accès à Internet et les services de courrier électronique aux utilisateurs, offre une place sur le serveur pour les sites Internet.
‹Content provider›: fournisseur de contenus sur Internet (portails Internet sur le ‹World Wide Web›, services de nouvelles, informations financières, banques de données, etc.).
‹Application-Service-Provider› (ASP): il offre un accès (à large bande) aux serveurs sur lesquels les programmes d'application sont installés et que les utilisateurs finals peuvent utiliser directement depuis leur ordinateur sans avoir à les y installer.
‹Provider of Telecom Services› (PTS): fournisseur de services de télécommunications (téléphonie, téléphonie cellulaire).

((Voir:))
Carrier · Extranet · Intranet · Site Internet · WAN

PSTN

‹Public Switched Telephone Network›; réseau téléphonique public.

((Voir:))
POTS

QoS

‹Quality of Service›, soit en français «qualité de service (garantie)», aussi abrégé QS; la QoS d'un service de transfert de données décrit les paramètres qui caractérisent le service.

La QoS est particulièrement importante pour les réseaux mixtes destinés au transport de données multimédia devant arriver en temps réel.
Parmi les caractéristiques principales de la QoS, on peut citer: le retard et la probabilité de dérangements lors de l'établissement de la liaison, la cadence de transfert, le retard et la probabilité de dérangements lors du transit, les taux d'erreurs résiduelles, le retard et la probabilité de dérangements lors de la libération de la communication, la priorité et la protection de la connexion.
La QoS peut se définir de manière différente selon les services et les réseaux. Dans le protocole ATM, la Qos définit les paramètres de service de la connexion, par exemple, les taux de perte et de retard des paquets/cellules. Actuellement, il n'existe pas encore de normes QoS indépendantes des producteurs.

((Voir:))
ATM · Commutation par paquets · Multiplexage · Réseau

Radiotéléphonie mobile / Radiocommunication mobile

On désigne par le terme technique général de «communication mobile» toutes les formes de télécommunication sans fil entre deux objets en mouvement. Ce terme s'applique généralement de manière limitée aux techniques de communication mobile permettant aux personnes de communiquer immédiatement, en particulier grâce à la téléphonie mobile.

Font partie de la communication mobile la radiocommunication nautique, aérienne et terrestre recourant à la technologie analogique ou digitale et revêtant diverses formes: téléphonie mobile dans les réseaux cellulaires, transmission de données, paging, transmission par satellite, techniques radioélectriques.
La téléphonie mobile commerciale en Europe est apparue dans les pays scandinaves en 1970, d'abord avec les réseaux analogiques A et B (première génération). C'est au début des années 90 que les premiers réseaux numériques de norme GSM ont été exploités (deuxième génération). Pour 2002, on attend l'introduction des réseaux UMTS (troisième génération).
La téléphonie sans fil (DECT) est aussi considérée comme faisant partie de la communication mobile.

((Voir:))
DETC · GSM · Télécommunication · UMTS

RAM

‹Random Access Memory›, en français: «mémoire à accès aléatoire» ou «mémoire vive» ; mémoire de travail d'un serveur (ordinateur), appelée aussi mémoire de lecture et d'écriture, à laquelle tous les programmes ont accès.
Les données en RAM ne se conservent pas en permanence, mais sont détruites lors d'une interruption de courant.

Redondance

Du latin ‹redundare›, soit «déborder» en français; dans la technique des communications: installation répétée des mêmes composants matériels, enregistrement répété de données identiques ou encore transmission répétée de ces données (par diverses voies) afin d'éviter les dérangements, les pannes ou la perte des données.

Relais de trame

On appelle «trame» un paquet de données de longueur variable (comprise entre 262 octets et 8 kilo-octets). Pour être transmises, les données doivent être empaquetées dans ces trames.
Un relais de trame est un protocole traditionnel pour la commutation par paquets dans les WAN.

((Internet:))
www.frforum.com (English)

((Voir:))
Commutation par paquets

Réseau

En anglais: ‹network›; fils électriques, câbles et lignes interconnectés de manière à former une structure semblable à un filet.

Ce qu'on appelle la topologie de réseau (architecture/structure physique de réseau) décrit la façon dont des composants unitaires (par exemple des appareils faisant partie d'un réseau) sont interconnectés et communiquent entre eux.
Les formes fondamentales les plus courantes de topologies de réseau sont les réseaux en forme de bus, d'étoile, d'arbre et d'anneau.
Dans un réseau en forme de bus, tous les appareils sont connectés à la même ligne centrale de transfert de données comme les ampoules sur une chaîne de lumière.
Dans un réseau en étoile, toutes les liaisons point à point partent en étoile d'une unité centrale (serveur ou ‹hub›) en direction des composants connectés.
Le réseau en arbre part d'une «racine» centrale et se développe en multiples ramifications répondant à un ordre hiérarchique.
Dans le réseau en anneau, tous les composants sont connectés en cercle.
Lors d'une configuration de réseau, plusieurs de ces typologies peuvent être combinées entre elles.

((Voir:))
Ethernet · Hub · Noeud · Protocole · Serveur

Réseau câblé

Les réseaux câblés ont été développés à partir des réseaux CATV servant à la transmission de programmes TV et radio.

En Suisse, le développement des réseaux câblés CATV remonte aux années 60 et 70 et répondait au désir de pouvoir recevoir des programmes radiophoniques et télévisuels étrangers et d'améliorer la qualité de réception dans les ménages raccordés au câble. Comparée aux autres pays européens, la Suisse est l'un des pays le mieux pourvu en réseaux câblés. Plus de 2,4 millions de personnes ou 85 pour cent des ménages suisses sont raccordés au réseau câblé.
Les réseaux CATV de type habituel sont des réseaux unidirectionnels et ont une structure en arbre: chaque maison est rattachée à un tronc de distribution centralisée dont elle reçoit les signaux.
Les réseaux CATV de construction plus ancienne ont été conçus pour une bande passante dont la fréquence peut aller jusqu'à 300 MHz. Petit à petit, ils ont été développés et aujourd'hui, beaucoup de réseaux disposent déjà de bandes passantes de 600 ou 860 MHz, ce qui est suffisant pour la transmission de 65 ou 97 programmes (de norme PAL). Pour le réseau de 860 MHz, la capacité de transmission atteint 3 Gbps. Grâce à la compression des données, il est possible de transporter quelques centaines de programmes TV ou autres services vidéo et audio.
Au cours de ces dernières années, on a commencé à transformer les réseaux CATV en réseaux bidirectionnels, tout en gardant une partie de la bande passante pour la transmission ascendante.
La technique de numérisation et de fibre optique exige que la structure en arbre soit transformée en structure en étoile où les lignes domestiques seront connectées à des noeuds de quartier.
Les réseaux câblés bidirectionnels offrent aux ménages qui y sont raccordés un grand nombre de nouveaux services de communication, en particulier l'accès à Internet par modem câble et des programmes de TV à péage.

((Voir:))
CATV · Descendant / Ascendant · Fibre optique · HFC · Réseau

Réseau privé virtuel (RPV)

‹WAN› protégé par un pare-feu et destiné à un cercle fermé de participants. Un réseau de ce type est appelé virtuel, parce qu'il ne dispose physiquement d'aucune structure de réseau homogène, mais utilise les lignes et les réseaux existants (également ouverts au public) pour transporter les données.

Les RPV sont la plupart du temps destinés à des entreprises qui intègrent des utilisateurs mobiles (service externe) ou des places de travail à domicile dans le réseau et qui désirent aussi offrir à leurs clients un accès protégé à divers services de communication interne.
On peut faire en sorte que les RPV soient accessibles dans le monde entier ce qui permet aux personnes autorisées de se connecter (avec un mot de passe) depuis n'importe quel endroit via satellite, par liaison téléphonique ou circuit de données.

((Internet:))
www.cablecom.net

((Voir:))
Internet · Réseau · Virtuel · WAN

RFC

‹Request for Comments›, en français: «Demande de commentaires»; une liste établie depuis 1969 et comprenant environ 3000 documents décrivant tous les protocoles, normes et processus de communication sur Internet.

((Internet:))
http://rfc.x42.com (English)
www.nexor.com/index-rfc.htm (English)

RNIS / ISDN

‹Integrated Services Digital Network›; transmission de signaux numériques par ligne téléphonique analogique permettant d'avoir accès à de nombreux services de transfert de données texte, vidéo et audio.

Le RNIS fonctionne avec trois canaux dont deux sont réservés au transfert de données et un à la signalisation. Un raccordement RNIS permet d'avoir deux lignes fonctionnant en même temps, l'une pour les conversations téléphoniques et l'autre pour le transfert de données. Le modem téléphonique normal dispose d'une bande passante d'un maximum de 56 Kbps, alors que l'adaptateur RNIS (qu'on appelle aussi à tort un modem) peut atteindre une vitesse de transmission pouvant aller jusqu'à 64 Kbps; en additionnant les deux canaux de données, ont peut atteindre le double de capacité, grâce à une compression supplémentaire pouvant atteindre 500 Kbps.

((Internet:))
www.itu.int (English/Français)

((Voir:))
Bande passante · bps · Modem · RNIS / ISDN

Routeur

Appareil électronique reliant les serveurs (ordinateurs) entre eux dans un réseau et leur faisant parvenir les données qui leur sont destinées. Les adresses de destination et d'autres informations sont fournies au routeur par les en-têtes.

((Voir:))
En-tête

Sans fil / hertzien

(Liaison) par radio.
Il existe de nombreuses techniques et de normes différentes pour la transmission par radio dans les réseaux hertziens.

((Internet:))
http://wireless.web.cern.ch/wireless (English)

((Voir:))
Radiotéléphonie mobile / Radiocommunication mobile

SECAM

‹Système sEquentiel Couleur A Mémoire›; extension utilisée en France de la norme vidéo/TV couleur NTSC.

Contrairement au système NTSC, le système SECAM ne prévoit pas l'attribution simultanée des deux signaux de différence de couleur à la porteuse de chrominance. L'un des signaux de différence est transmis en même temps que le signal de luminance de la ligne télévisuelle alors que l'autre est transmis avec le signal de luminance de l'autre ligne.
Dans le téléviseur, le premier signal de différence de couleur est enregistré pendant quelques millièmes de secondes au cours de la formation d'une ligne et il est complété par le deuxième signal de différence transmis avec la deuxième ligne.
L'infime décalage temporel n'est pas perceptible par l'être humain et permet de résoudre le problème de l'instabilité des couleurs qui faisait la faiblesse du système NTSC.

((Voir:))
NTSC · PAL

Sécurité sur Internet

Etant donné que des millions d'utilisateurs et utilisatrices sont interconnectés à l'échelle mondiale, il se pose sur Internet d'importants problèmes de protection et de sécurité des données, que des experts juridiques, des organisations de défense et des personnes responsables de la protection des données cherchent à résoudre.

Toute personne utilisant Internet devrait être consciente des points faibles de cette technique au niveau de la sécurité:
Surfer sur le ‹world wide web›: chaque visite sur une page web laisse une trace, car le seul fait d'appeler la page oblige le serveur à enregistrer l'adresse IP à l'origine de la demande et le type de navigateur utilisé.
Formulaires à remplir: plus le formulaire comprend de données privées, plus le portrait transmis de l'utilisateur est complet.
‹Cookies› (en français: «biscuits»): données inscrites par le serveur interrogé dans un fichier ‹cookie› du navigateur utilisé par l'internaute; les ‹cookies› permettent d'enregistrer les opérations exécutés par l'utilisateur et, lors d'une visite ultérieure, sont lus et complétés par le serveur qui se configurera de plus en plus précisément en fonction du client qui l'appelle.

((Internet:))
www.edsb.ch (English/Deutsch/Français/Italiano)
www.datenschutz-forum.ch (Deutsch)

((Voir:))
Cryptage · E-mail / Courrier électronique · Internet · Navigateur / Browser · Serveur

Serveur

1. (Equipement:) appareil électronique relié à un appareil client et échangeant des signaux avec lui.
2. (Logiciel:) sur un ordinateur, programme (principal) communiquant avec les programmes (secondaires) des ordinateurs clients.
3. (Internet:) ordinateur hôte hébergeant des informations et des fichiers auxquels les clients ont accès.

On a aussi recours à des serveurs dans des réseaux locaux (LAN), par exemple pour la gestion des commandes d'accès à l'imprimante, à des supports de mémoire ou à des banques de données.
En règle générale, les serveurs sont les ordinateurs les plus rapides sur un réseau et leur disque dur est d'une capacité très élevée, parfois complété par des supports externes de mémorisation des données.

((Voir:))
Client · Internet · Réseau

Set Top Box (STB)

Dispositif d'adaptation multimédia transformant les données numériques acheminées par réseau câblé en signaux analogiques. Elles peuvent ainsi être vues et entendues sur les appareils TV ou radio normaux du destinataire.

((Voir:))
SwissFun®

SGML

‹Standard Generalized Markup Language›; métalangage normalisé en 1986 par l'«International Standardization Organisation» (ISO), sous le nom d'ISO 8879, pour définir les langages de description des pages tels que HTML und XML.

Les éléments principaux d'un langage de définition des pages sont les ‹tags› (étiquettes, marquages) qui sont intégrés dans le document - invisibles par la suite - pour le composer et le formater.
Ces marquages contiennent les instructions relatives à l'affichage à l'écran et à l'impression de la partie marquée du document: type de texte (titre, texte courant, note de bas de page, etc.); police, style (normal, gras, italique, souligné, etc.), corps et couleur du caractère; format du paragraphe, tableau, couleur du fond; emplacement de l'image et autres précisions.
Le logiciel (par exemple un navigateur) utilisé pour lire un tel document doit pouvoir interpréter les ‹tags› et afficher le document en conséquence.

((Internet:))
www.sgml.org (English)
www.oasis-open.org/cover/sgml-xml.html (English)

((Voir:))
HTML · ISO · Navigateur / Browser · Norme / Standard

Site web

Ensemble de pages web traitant d'un même thème, organisées hiérarchiquement et faisant partie d'un domaine, que l'on peut ouvrir en passant par la page d'accueil.

Les pages d'un site web sont codées avec un langage de formatage basé sur la norme SGML. Pour les consulter, un programme d'application spécial, appelé navigateur web, est nécessaire.

((Voir:))
Domaine · Navigateur / Browser · Page d'accueil / Homepage · SGML · World Wide Web (WWW / W3)

SMS

‹Short Message Service›, en français: «service de messages courts»; service de messages écrits dans le système de téléphonie mobile GSM. Chaque message SMS est limité à 160 signes.

((Voir:))
GSM

SMTP

‹Simple Mail/Message Transfer Protocol›; norme Internet pour l'acheminement du courrier électronique et basée sur le protocole TCP/IP.

((Voir:))
TCP/IP

SPAM

Abréviation de l'anglais ‹Spiced Pork and Ham› (français: «porc et jambon épicés», «viande en conserve»). Les SPAM sont des messages (publicitaires) envoyés en masse par e-mail.

On suppose que cette expression provient d'un sketch du groupe comique anglais Monty Python, dans lequel ‹Spiced Pork and Ham› revient plus de 100 fois en quelques minutes, ce qui laisse sous-entendre que c'est toujours la même chose.

((Internet:))
www.euro.cauce.org/fr/index.html (Français)
http://spam.abuse.net (English)
www.euro.cauce.org/it/index.html (Italiano)

((Voir:))
E-mail / Courrier électronique · Sécurité sur Internet

SwissFun®

Palette de programmes sur réseau câblé de «SwissCable», accessible via la ‹Set Top Box› correspondante.
«SwissCable» est l'association suisse des exploitants de réseaux câblés, qui regroupe plus de 271 entreprises représentant quelque 1 760 réseaux qui desservent 2,4 millions d'abonnés.

((Internet:))
www.swissfun.ch (Deutsch/Français/Italiano)
www.swisscable.ch (Deutsch/Français)
www.cablecom.ch (Deutsch/Français/Italiano)

((Voir:))
Set Top Box (STB)

Tarification dissociée / Libéralisation

En anglais: ‹Unbundling›; terme technico-juridique de la branche des télécommunications: séparation comptable des prestations offertes par les exploitants de réseau dominant le marché (par exemple la transmission, la commutation ou la signalisation) afin que celles-ci puissent aussi être offertes par les concurrents.

«L'accès entièrement libéralisé à la connexion de l'utilisateur» signifie par exemple que les nouveaux arrivants sur le marché des télécommunications doivent pouvoir avoir accès aux connexions existantes des utilisateurs. Le droit exclusif d'utilisation de toute la bande de fréquence est ainsi garanti à tous les concurrents qui sont alors en mesure d'offrir aux abonnés une palette complète de services de communication.
Dans ce contexte, on parle aussi de ‹Unbundling Local Loop› (ULL).

((Internet:))
www.wettbewerbskommission.ch (English/Deutsch/Français/Italiano)
http://europa.eu.int

((Voir:))
Boucle locale (LL) · Interconnexion · Last mile · OFCOM · Télécommunications

TCP/IP

‹Transmission Control Protocol / Internet Protocol›; le protocole standard de l'internet.
La partie TCP s'occupe du transport et garantit que toutes les données envoyées soient reçues correctement; la partie IPcontient l'adresse IP de l'ordinateur qui a demandé les informations.

((Internet:))
www.w3.org (English)
www.protocols.com//pbook/tcpip.htm (English)

((Voir:))
Protocole

Télécommunications

Aussi: «Services de télécommunication»; abrégé «Telecom».
Toutes les techniques et tous les services servant à envoyer, à acheminer ou à recevoir des signaux, des signes, des images ou du son par l'intermédiaire de lignes physiques, par radio ou à l'aide d'autres moyens électromagnétiques ou optoélectroniques.

En Suisse, le cadre juridique des télécommunications est défini par la Loi sur les télécommunications (LTC).
L'«Union Internationale des Télécommunications» (UIT) coordonne et normalise les télécommunications au niveau international, alors qu'à l'échelle européenne, cette fonction revient à la «Conférence Européenne des administrations des Postes et des Télécommunications» (CEPT).
En Suisse, la radio et la télévision ne font pas directement partie des télécommunications. L'«organisation et la diffusion» de programmes radiophoniques et télévisuels sont régies par une loi particulière, la LRTV.

((Internet:))
www.cept.org (English)
www.eto.dk (English)
www.itu.int (English/Français)

((Voir:))
LRTV / Loi sur la radio et la télévision · LTC / Loi sur les télécommunications · OFCOM

Tête de réseau

En anglais ‹headend›; centre de contrôle d'un réseau (câblé) local ou régional (par exemple d'une dorsale) où les signaux entrant sont amplifiés, convertis et élaborés pour les rendre «prêts à l'usage» aux utilisateurs vers lesquels ils sont acheminés.

((Voir:))
Réseau câblé

TV à péage / Pay TV

Terme général appliqué aux programmes télévisuels (codés) qui ne peuvent être entendus et vus que par les abonnés qui ont payé une taxe au fournisseur de ces programmes.

Le système ‹Pay-per-Channel› permet d'avoir accès à l'ensemble des programmes d'une chaîne, tandis que le système ‹Pay-per-View›, ou ‹Video-on-demand›, permet de voir certaines émissions ou parties de programmes d'une chaîne à péage.
Le paiement est effectué sous forme d'un abonnement, d'un prépaiement par unité de temps ou sur facture une fois que le programme a été demandé.
Pour la TV à péage, l'autorisation d'accès et la facturation des services sont gérés via le réseau câblé et la Set Top Box connectée au téléviseur, dans laquelle on insère une carte (la ‹smartcard›) contenant le code d'autorisation.

((Voir:))
Accès conditionnel (CA) · Cryptage · Réseau câblé · Set Top Box (STB) · TV libre

TV libre / Free TV

Aussi «TV gratuite»; programmes TV exempts de taxes, contrairement à la TV à péage. Les programmes de chaînes TV libres sont financés par des taxes de base (fixées par l'Etat) et/ou des recettes publicitaires.

((Voir:))
TV à péage

UMTS

‹Universal Mobile Telecommunications System›; norme internationale de radiotéléphonie mobile et système succédant au système GSM, utilisant une largeur de bande de 2 Mbps au maximum.

Le système UMTS est un système hybride qui conjugue la commutation de circuits du GSM et la commutation par paquets du GPRS. La norme UMTS soutient en outre le protocole IP, ce qui permet d'accéder à Internet par téléphone cellulaire et d'offrir des services évolués audio, vidéo et de transfert de données.
Pour les liaisons normales, l'UMTS opère en mode ‹Frequency Division Duplex› (FDD) avec un maximum de 380 Kbps et en mode ‹Time Division Duplex› (TDD) pour des liaisons de qualité supérieure.

((Internet:))
http://umts-forum.org (English)
www.umts-webpage.de (Deutsch)

((Voir:))
Radiotéléphonie mobile / Radiocommunication mobile

Unicode

Codage des caractères sur 16 bits permettant théorétiquement le codage numérique de 65 536 signes.
Unicode permet donc non seulement le codage numérique des caractères latins et arabes, comme ASCII, mais aussi celui des caractères appartenant à l'alphabet grec, cyrillique, hébraïque, chinois, japonais ou hindou.



((Internet:))
www.unicode.org (English)

((Voir:))
ASCII

URL

‹Uniform Resource Locator›; norme d'adressage sur Internet décrivant la voie à suivre jusqu'au document recherché.
L'URL est tappée dans la ligne d'adresse du navigateur et commence toujours par le protocole utilisé (par exemple: «http://» pour une page web, «ftp://» pour un serveur de fichiers).

((Internet:))
www.w3.org/Addressing (English)

((Voir:))
Serveur

UUEncode

Ancienne méthode de conversion en texte ASCII de fichiers (e-mail) qui ne sont pas composés dans ce format; agit de manière analogue au protocole MIME.

((Voir:))
MIME

Virtuel

«En puissance, possible, probable, non matérialisé, fictif». Ce qui est virtuel se manifeste «comme si», c'est-à-dire comme si on avait à faire à une réalité physique, bien que ce ne soit pas le cas.

Sur Internet, il existe des associations virtuelles auxquelles on ne peut adhérer que via le réseau informatique. Sur le ‹World Wide Web› (WWW), certaines entreprises virtuelles fonctionnent sans avoir de structure classique, par exemple un siège dans un bâtiment.
Sur le WWW, et en particulier dans les jeux vidéo et informatiques, on présente des personnages virtuels parlant et se mouvant comme des êtres humains, bien qu'il s'agisse d'objets entièrement artificiels, créés par l'ordinateur. Un personnage de ce type est aussi appelé «avatar». Le plus connu est «Lara Croft», l'héroïne virtuelle du film «Tomb Raider», créée en 1996 et qu'on peut encore trouver sur le WWW.

((Internet:))
www.tombraider.com

((Voir:))
Chat · Internet · Réseau privé virtuel (RPV) · World Wide Web (WWW / W3)

Virus

Les virus informatiques sont de petits programmes ou parties de programmes qui se nichent dans d'autres programmes ou dans le système d'exploitation de l'ordinateur et provoquent des dysfonctionnements plus ou moins graves.

Un virus peut se propager par transmission involontaire et contaminer des dizaines de milliers d'ordinateurs en très peu de temps. Il existe des milliers de virus informatiques. Les programmes antivirus apportent une certaine protection, à condition qu'ils soient constamment réactualisés.
Les anciens virus étaient surtout transmis par des supports de données (disquettes) tandis qu'actuellement, c'est en annexe (attachment) d'un courrier électronique qu'ils parviennent sur le disque dur de l'ordinateur. En ouvrant le fichier annexé portant souvent un titre anodin, on permet au virus de manifester sa virulence.
La meilleure prévention contre les virus consiste à ne pas ouvrir les fichiers annexés aux e-mails (ou les fichiers sur disquette) dont on ne connaît pas la provenance.

((Internet:))
www.antivirus-online.com (Deutsch/English)
www.Europe.F-Secure.com (English)
http://vil.nai.com (English)

((Voir:))
Canular / Hoax · E-mail / Courrier électronique · Internet · Réseau

Voice-over-IP (VoIP)

«Protocole de transmission de la voix par Internet»

VoIP est une méthode consistant à convertir la parole en signaux numériques qui sont envoyés par paquets à travers le réseau et reconvertis en signaux analogiques du côté du destinataire.
Pour que l'opération réussisse, il est impératif que les paquets de paroles arrivent à destination sans retard, c'est-à-dire en temps réel.
VoIP est surtout utilisé sur les réseaux Intranet qui peuvent être connectés au réseau téléphonique public au moyen de passerelles.
Avant que VoIP puisse être étendu à l'internet, il reste encore à résoudre le problème d'adressage, car tous les participants au trafic international VoIP devraient disposer d'une marque d'identification («numéro de téléphone») valable dans le monde entier.

((Internet:))
www.protocols.com/voip.htm (English)
www.iptelephony.org (English)

((Voir:))
Bande passante · Internet · Intranet · IP

W3C

Abréviation de «World Wide Web Consortium»; fondé en 1994, ce consortium honorifique s'occupe du développement du ‹world wide web›. Des institutions et des entreprises importantes y sont représentées.

Les tâche principales du W3C sont la discussion et la mise en en vigueur de normes de représentation et de transfert de documents numériques.

((Internet:))
www.w3.org (English)

((Voir:))
HTML · Internet · Norme / Standard · Protocole

WAN

‹Wide Area Network› en français: «réseau de grande portée»; réseau auquel des ordinateurs sont connectés à grande distance. Souvent, un WAN sert aussi de «dorsale» desservant plusieurs LAN (réseaux locaux).

((Voir:))
Réseau

WAP

‹Wireless Application Protocol›; protocole servant à codifier les informations graphiques destinées à des terminaux mobiles, en particulier des téléphones cellulaires avec écran. Le WAP permet aussi l'accès mobile à Internet.

Le protocole WAP fonctionne sur la plupart des réseaux GSM, GPRS et UMTS. Il gère la communication dans les couches OSI 4 à 7.
WTLS (Wireless Transport Layer Security) est aussi disponible sur demande pour assurer la sécurité du transfert et pour divers services spéciaux.

((Internet:))
www.wapforum.org (English)

((Voir:))
GSM · Radiotéléphonie mobile / Radiocommunication mobile · OSI · UMTS

WCDMA

‹Wideband Code Division Multiple Access›; méthode de transfert UMTS avec une bande passante d'un maximum de 2 Mbps.

((Voir:))
UMTS

WLL

‹Wireless Local Loop›; en français «boucle locale hertzienne». Liaison sans fil pour la portion du réseau située entre le réseau téléphonique public et la prise de l'abonné (last mile). Une ligne d'accès sans fil doit satisfaire aux même exigences qu'une connexion par fil. Il n'existe encore aucune norme spécifique pour la WLL.

Les techniques WLL peuvent être basées sur la norme DECT pour les réseaux microcellulaires, sur les systèmes de radiotéléphonie cellulaire, tel le système GSM, sur les systèmes radioélectriques ou par satellite.



((Voir:))
Boucle locale (LL) · DECT · GSM · Last mile · Tarification dissociée / Libéralisation

WML

‹Wireless Markup Language›; langage WAP de description de page, basé sur la norme XML, pour les ‹cards› (petites pages) qui sont affichées sur l'écran d'un terminal WAP.

Une ‹card› peut contenir plusieurs éléments: des instructions pour la saisie du texte, des options à choix, des formulaires électroniques, du texte formaté, des images et des graphiques. Elle peut en outre contenir des procédures de déroulement (events), définies en ‹script› WML.
Plusieurs cartes de contenus similaires forment un ‹deck›, ce qui est analogue à un site web.

((Internet:))
www.wapforum.org (English)

((Voir:))
SGML · Site web · WAP · World Wide Web (WWW / W3) · XML / XHTML

World Wide Web (WWW / W3)

Système interactif d'échange de données et de documents numériques à l'échelle mondiale au moyen de ce qu'on nomme des sites web; le www constitue une partie de l'internet.

((Internet:))
www.w3.org (English)

((Voir:))
Site web

xDSL

‹Digital Subscriber Line› (DSL); français: «ligne d'abonné numérique».
Technique de transmission à large bande sur le réseau téléphonique, avec une largeur de bande pouvant atteindre, selon le type de configuration, 6 ou 8 Mbps (ADSL), ou 52 Mbps (VDSL).

Le sigle xDSL englobe un groupe de techniques de transmission apparentées où le «x» est un métacaractère remplaçable par la lettre désignant chacune des diverses déclinaisons possibles.
Les diverses formes xDSL se distinguent par la distance séparant les abonnés de la centrale de distribution, par le type de câble requis, par la bande passante à disposition et par le rapport entre le canal descendant et le canal ascendant:
ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line), IDSL (ISDN Digital Subscriber Line), RADSL (Rate-Adaptive Digital Subscriber Line), SDSL (Symmetrical Digital Subscriber Line), SHDSL (Symmetrical High Bit-Rate Digital Subscriber Line), VDSL (Very High Bit-Rate Digital Subscriber Line).
Pour ce type de transmission, il faut être équipé d'appareils émetteurs et récepteurs xDSL (aussi appelés «modems», bien qu'ils n'en soient pas) maîtrisant la norme de transmission de chaque technique respective.

((Internet:))
www.xdsl.com (English)
www.itu.int (English/Français)

((Voir:))
bps · Descendant / Ascendant · Dorsale · Modem

XML / XHTML

‹Extensible Markup Language›; norme de facto agréée par le «W3C» et développée sur la base du langage de description SGML.

XML est dit «extensible» parce que ce métalangage permet de définir les éléments de marquage (‹tags›) en fonction des besoins.
XHTML (1.0) est une nouvelle formulation du langage HTML (4.0) selon la norme XML et est censé remplacer HTML. En XHTML, tous les marqueurs précédemment définis selon la norme HTML restent valables, mais quelques règles de codification ont été renforcées. Entre autres, les ‹tags› ne doivent plus être écrits qu'en minuscules et doivent toujours comporter un ‹tag› de clôture.
Les navigateurs de la dernière génération peuvent déjà interpréter le langage XHTML.

((Internet:))
www.xml.com (English)
www.w3.org/MarkUp (English)
www.w3.org/TR/xhtml1 (English)

((Voir:))
HTML · Navigateur / Browser · SGML · W3C · World Wide Web (WWW / W3)
Home
 
Webmail/SMS/WebETV  Accès sécurisé (SSL) aux services  
   Webmail  SMS  WebETV